M.T Anderson & Jo Rioux – 

 

Deux sœurs, un destin inéluctable, une histoire tirée d’une vieille légende celte, il n’en fallait pas plus pour m’aguicher ! Ha si, le dessin de la couverture de Soeurs d’Ys peut-être ! 😁

Le destin funeste des deux soeurs d’Ys

Gradlon, roi de Kerne, a secouru dame Malgven et a fait d’elle sa reine. En retour, celle-ci usa de sorcellerie pour lui ériger la plus belle des capitales. Ainsi, Ys sortit des flots, protégée des eaux par des remparts magiques. Mais la reine Malgven meurt subitement, laissant derrière elle son époux et ses deux filles. Rozenn, l’héritière, ne trouve de réconfort qu’au contact de la Nature. Elle délaisse son rôle d’héritière pour parcourir les landes, libre, mais aveugle aux problèmes du royaume. Dahut, quant à elle, s’immerge dans les secrets les plus sombres de la magie et dans la vie de la cour. Elle reprend la charge magique laissée par la mort de sa mère, alors que son père, affaibli, se repose sur elle et sur ses talents. Deux directions opposées qui éloignent de plus en plus Rozenn er Dahut. Pendant ce temps-là, Ys se fragilise…



Une légende bretonne savamment redessinée
Une légende bretonne savamment redessinée

Une vieille légende celte remise au goût du jour

C’est un fort beau livre que voilà. M.T Anderson écrit une version revisitée de la légende d’Ys, où les liens entre ces deux sœurs que tout oppose sont mis en avant. Alors que Rozenn refuse de prendre ses responsabilités et prend la fuite, Dahut se consume dans l’ambition et l’orgueil. 

Le dessin de Jo Rioux, rond, met en avant l’expression des personnages, mais particulièrement la force des éléments. Les couleurs, assez sombres, reflètent l’ambiance nuageuse et changeante de la Bretagne. La mise en page aérée rend la lecture de cet ouvrage très agréable.
Une très belle découverte pour moi ! Adeptes de légendes, amoureux des landes bretonnes, cet ouvrage paru chez Rue de Sèvres est fait pour vous.

 

Si vous avez aimé cet ouvrage de fantasy médiévale, je vous conseille également de découvrir Castelmaure

Laisser un commentaire