C’est en suivant le MOOC sur la Fantasy pendant le confinement, que j’ai entendu parler de ce roman écrit par John Connolly. Décrit comme un excellent récit jeunesse, retravaillant allègrement les contes les plus connus de notre enfance, il n’en avait pas fallut plus pour me convaincre de lire Le livre des choses perdues !

John Connolly joue avec nos peurs d'enfant

L’Angleterre est sur le point de basculer dans la Seconde Guerre mondiale. Le jeune David, amoureux des livres et des contes, assiste impuissant à la mort de sa mère, avec qui il partageait son amour des histoires. Impuissant aussi, au remariage de son père et à la naissance de son demi-frère. À leur déménagement dans la maison ancestrale de cette nouvelle femme, qu’il déteste autant que l’enfant qu’elle a mit au monde. David s’enferme de plus en plus dans ses livres, qui se mettent à bruisser. Dans ses rêves, se profile un contour menaçant et dans le jardin creux de la demeure, une porte se dessine. C’est là que tout commence. Là que les histoires prennent vie…

Couverture John Connolly Le livre des choses perdues
Les histoires veulent êtres lues

Le livre des choses perdues | Vous ne verrez plus les contes de votre enfance du même œil

C’était génial ! L’histoire est sombre et très bien romancée. John Connolly pose un décor noir, et joue sur les peurs d’enfants avec ingéniosité. Tout l’univers était entouré d’un mystère aussi attrayant que repoussant ! Je pensais m’initier à la fantasy jeunesse en douceur, ce fut loin d’être le cas. Me voilà très étonnée de trouver ce livre en rayon jeunesse, parce que moi, il m’a fait un peu flipper quand même 😨! (Comment ça je suis impressionnable ?!) Le récit est dynamique, les péripéties s’enchaînent et les contes sont affreusement revisités. Complètement addictif, un vrai coup de cœur !

Laisser un commentaire