Shaun Tan – 

On ne me l’aurait pas mise dans les mains, je ne me serais jamais arrêtée sur sa couverture. Et j’aurais eu tort. C’est aussi pour ça que j’aime nos libraires ❤️.

Entrez dans le monde du silence

Entièrement muette, cette oeuvre montre un père sur le départ, laissant derrière lui femme et fille, pour entamer une longue traversée en mer. Il débarque alors dans une ville qui semble tout droit sortie d’une ère industrielle poussée à l’extrême. Il découvre un véritable dédale de monuments écrasants et gigantesques. Étonnamment, la poésie et la beauté ont réussi à subsister sur ce que l’industrie n’a pu annexer. Nous suivons cet homme dans ses recherches de logement, de travail, son apprentissage d’un nouveau langage et de nouvelles mœurs. Ce père de famille, coupé des siens, enchaîne les rencontres et chevauche les déconvenues et les espoirs avec un réalisme percutant et émouvant. 

Un album qui n’a pas besoin de mots pour être parlant
Un album qui n’a pas besoin de mots pour être parlant

Shaun Tan signe un album fort et saisissant

Parue en 2007 chez Dargaud, Là où vont nos pères est une BD traitant de l’immigration qui a reçu le prix du meilleur album au Festival d’Angoulême 2008. Oscillant entre un rêve-cauchemar et la réalité, elle est heureusement remontée d’une merveilleuse touche de fantasy. Sujet plus actuel que jamais, c’est un album qui m’a profondément touchée. Le silence n’enlève rien, au contraire, il apporte une dimension contemplative tout à fait de mise. Les dessins, très expressifs, en disent bien assez long. Avec une mise en page minimaliste et des couleurs sépia qui font penser à un album photo du passé, cet album est incroyablement triste et poétique. Shaun Tan a passé pas moins de quatre années à mener des recherches et à développer ce livre. Le rendu est tout simplement bluffant. 

Un ouvrage qui m’a fait forte impression et que je vous recommande chaudement. 

  • Post category:BD / LECTURES

Laisser un commentaire