Pierre Pevel

Haut-Royaume, où Pevel ne fait qu'une bouchée de l'héroïsme

Lorn Askarian, chevalier de la Garde du Roi, est resté enfermé durant trois ans dans les geôles de Dalroth. Accusé de trahison, il est presque au bord de la folie, rongé par l’Obscure, un mal sombre qui s’est emparé d’une partie de lui. Il semblerait pourtant que ce soit le sauveur de Haut-Royaume. C’est ce que disent les Gardiens, ceux qui lisent les possibles qui s’inscrivent dans les étoiles. Le pays est politiquement instable, et une prophétie annonce Lorn comme le Chevalier qui en relèvera le prestige. Mais c’est sans compter sur le désir de vengeance du Chevalier déchu. 

Le devoir l'emportera t-il sur la soif de vengeance ?
Le devoir l'emportera t-il sur la soif de vengeance ?

Cette fois-ci, pas le temps de niaiser avec les bons sentiments !

C’est un gros coup de coeur fantasy que voilà ! Si j’avais été déçue par le « Paris des Merveilles » , Pierre Pevel m’a scotchée avec cette saga ! Il construit un monde complexe et complet, dont il nous explique les règles avec clarté. C’est très bien écrit, et les retournements de situations sont habilement menés. La magie est présente, intrigante, mais le tout reste crédible et ne prend pas le pas sur ce qui prévaut dans le début de ce récit : la Chevalerie. Les personnages ont un vrai charisme et le manichéisme n’a pas sa place dans « Haut Royaume ».

Lorn n’a rien d’un héros « propre » et il ne s’encombre pas de bons sentiments inutiles. Il est même parfois assez détestable, ce qui tranche avec le schéma habituel qu’on nous sert dans la fantasy. Moi qui adore les anti héros, les intrigues politiques et les quêtes désespérées, me voilà servie ! 

Je n’ai lu pour le moment que les deux premiers tomes, j’attends de découvrir la suite avec impatience ! 

Laisser un commentaire