Fâchée avec les comics pendant de longues années, le volume sur le Joker, The White Knight, fait partie de ces petits bijoux qui m’ont redonné envie de lire des comics. Je l’avoue, je n’aime pas Batman… dans la team DC, je choisirais plutôt les méchants 😈. Alors que je suis tombée sur cette couverture de Harleen, en plus dessinée par Stjepan Sejic… Comment dire ? J’ai tout simplement succombé au côté obscur de la force !

Harleen, où la lente descente aux enfers du Dr Quinzel

Harleen Quinzel n’est pas sortie indemne de ses études de psychologie. Fragilisée par des bruits de couloirs à cause d’une relation avec un professeur, elle souffre d’un sérieux manque de confiance en elle. Elle décroche pourtant un poste-clé à Arkam. L’asile semble avoir besoin de ses expertises pour faire face aux criminels de Gotham. La rencontre de la jeune femme avec le Joker, va la faire chavirer petit à petit, corps et âme.

Follement addictif !
Follement addictif !

Stjepan Sejic nous livre une véritable bombe à retardement

Bien sûr, on connaît la fin. Du moins, on s’en doute. Pourtant, la lecture se fait de plus en plus fébrile à mesure que l’histoire avance et que le piège se referme sur Harleen, irrémédiable. Ce one shoot sur les origines de la folle amie du Joker est juste superbe ! Au niveau du scénario, le jeu de manipulation et de séduction qui se déroule entre le Dr Quinn et le Joker est très bien mené. Doucement, la folie s’installe entre les pages du volume au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire. Il y a quelque chose qui suinte d’Arkam. Une ambiance lourde et oppressante, presque palpable. Graphiquement, je n’ai rien à dire sinon que ce comics est parfait. Le dessin de Stjepan Sejic et les expressions des personnages sont saisissants ! Gotham est un endroit qui se prête à merveille au traitement des sujets apportés par le Joker et Harleen. La violence, le bien, le mal et bien sûr, la folie ! 

 

Si vous aimez les comics et les persos (légèrement 😅) torturés, je vous recommande vivement la lecture de Locke and Key !

Laisser un commentaire